declaration_impots_2017

Tic tac tic tac… La date limite de déclaration de nos revenus 2017 approche à grands pas et avec elle, son lot de stress… et de nouveautés. Bien que la flat tax de 30% ne concerne pas les revenus de 2017 et que la mise en place du prélèvement à la source ait été repoussée à l’année prochaine, la déclaration d’impôt 2018 vous réserve quelques surprises.

Déclaration en ligne obligatoire, modification des tranches d’imposition ou encore création de l’IFI : tour d’horizon des changements fiscaux de l’année.

> A voir également : calculez votre impôt 2018 en quelques clics sur Grisbee.fr.

Calendrier fiscal : à vos agendas !

Le site impots.gouv.fr a ouvert mercredi 11 avril son formulaire de déclaration en ligne (ou télédéclaration). Vous pouvez donc dès à présent réaliser votre déclaration de revenus 2017 si vous le souhaitez.

Les dates limites de télédéclaration dépendent de votre lieu de résidence :

  • 22 mai 2018 à minuit pour les départements de 01 à 19 et pour les résidents étrangers,
  • 29 mai 2018 à minuit pour les départements de 2A à 49,
  • 5 juin 2018 à minuit pour les départements de 50 à 976.

Pour ceux qui en ont encore le droit (mais ils sont de moins en moins nombreux…), la déclaration papier peut être envoyée jusqu’au 17 mai 2018.

Déclaration en ligne obligatoire dès 15.000 euros

Ces dernières années, la déclaration en ligne est devenue progressivement obligatoire, en fonction des revenus des contribuables. En 2018, le dispositif a de nouveau été élargi : vous êtes contraint(e) de déclarer vos revenus de 2017 sur internet dès lors que votre revenu fiscal de référence est supérieur à 15.000 € en 2016 (information que vous retrouvez sur votre avis d’imposition 2017).

Si vous n’avez jamais fait cette démarche, cela n’a rien de difficile. Au contraire, la télédéclaration, préremplie par les services fiscaux, va vous faire gagner un temps précieux. Vous devrez pour cela créer votre espace personnel sur le site impots.gouv.fr, en vous munissant de votre dernier avis d’imposition ainsi que de la déclaration papier que vous aurez reçue.

Notez qu’à partir de 2019, la déclaration en ligne sera généralisée à l’ensemble de la population !

Revalorisation de 1% des tranches d’imposition

En 2018, un léger changement de barème d’imposition s’opère pour tenir compte de l’inflation : les limites de revenus de chaque tranche d’imposition augmentent ainsi de 1%.

Les tranches d’imposition 2018 sont donc les suivantes :

  • jusqu’à 9.807 € : 0%,
  • de 9.807 € à 27.086 € : 14%,
  • de 27.086 € à 72.617 € : 30%,
  • de 72.617 € à 153.783 € : 41%,
  • au-delà de 153.783 € : 45%.

D’autre part, afin de tenir compte de cette inflation, différents plafonds ont également été augmentés de 1% : quotient familial, frais réels déductibles…

Si vous souhaitez calculer votre impôt 2018 à l’euro près, n’hésitez pas à faire une simulation sur Grisbee.fr.

Augmentation de la CSG… sur les revenus de 2017

C’est l’une des mauvaises nouvelles fiscales de l’année. L’augmentation de la CSG de 1,7%, votée fin 2017, s’applique depuis le début de l’année. Si vous êtes salarié(e), votre salaire net a ainsi du évoluer en janvier 2018, intégrant cette augmentation de CSG, mais aussi la suppression progressive des cotisations chômage et maladie.

Mauvaise nouvelle : cette augmentation de CSG s’applique sur les revenus fonciers et une partie des revenus des capitaux mobiliers (plus-values mobilières)… de 2017 ! Les prélèvements sociaux sur ces revenus vont donc passer dès cette année de 15,5% à 17,2% sur votre avis d’imposition 2018 ! Dans le même temps, la fraction déductible de la CSG de l’assiette de l’impôt sur le revenu est portée à 6,8 %.

Employé à domicile : un crédit d’impôt pour tous

Une autre nouveauté cette année concerne les contribuables employant une personne à domicile (aide pour le ménage, le jardinage, la garde d’enfant, le soutien scolaire…). Auparavant, seuls les actifs pouvaient bénéficier d’un crédit d’impôt à hauteur de 50% des dépenses engagées. Les autres contribuables (sans emploi ou retraité) ne pouvaient prétendre qu’à une réduction d’impôt de 50%.

Une différence de terminologie de taille : si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt du, l’excédent est remboursé par l’Etat ; dans le cas d’une réduction d’impôt, il ne peut y avoir aucun remboursement en cas d’excédent.

Bonne nouvelle 2018 : si vous êtes retraités ou sans-emploi, vous aurez bel et bien le droit de bénéficier d’un crédit d’impôt cette année !

Création du compte PME Innovation

Afin d’inciter les créateurs d’entreprises à réinvestir dans des PME, Bercy a également créé un Compte PME Innovation (ou CPI). Le CPI concerne les entrepreneurs qui se séparent de leurs titres de société et qui, habituellement, étaient imposés sur la plus-value. Grâce à cette nouvelle mesure, les entrepreneurs peuvent créer un compte spécifique et réinvestir dans des PME : l’imposition des plus-values est alors suspendue pendant toute la durée de l’investissement.

Location meublée occasionnelle et BIC

Autre nouveauté à souligner : les revenus locatifs perçus de manière occasionnelle relèvent à présent du régime des Bénéficies Industriels et Commerciaux. Dans le viseur de Bercy : les locations courte durée de type Airbnb ! Auparavant, ces revenus étaient imposables dans la catégorie des revenus fonciers. Seuls les revenus tirés de la location nue demeurent imposables dans la catégorie des revenus fonciers.

IFI, le petit dernier qui vient remplacer l’ISF

Ci-gît l’ISF ! Cet impôt controversé depuis de nombreuses années a tiré sa révérence pour être remplacé par l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI). Les contribuables les plus aisés sont favorisés puisque l’IFI ne touche que l’immobilier, comme son nom l’indique. Les placements et actifs financiers ainsi que les biens mobiliers, qui étaient imposés à l’ISF, sont exclus de l’assiette de calcul de l’IFI. De quoi alléger votre note fiscale si vous êtes concerné(e).

Prélèvement à la source : c’est parti

Le prélèvement à la source démarre en 2019. Pour rappel, jusqu’à cette année, les revenus imposés sont ceux de l’année précédente. En 2018, vous allez donc payer un impôt sur vos revenus de 2017. A partir de 2019, vos revenus seront directement imposés l’année où vous les toucherez.

Or, c’est au moment de la déclaration de vos revenus 2017 que vous serez informé(e) du taux de prélèvement qui s’appliquera sur vos revenus de 2019. L’année 2018 s’annonce donc déterminante pour les premiers pas du prélèvement à la source !

Nous vous souhaitons une excellente (télé)déclaration de revenus 2017 !

2 Commentaires

  1. Problèmes liés au Prélèvement a la source :
    Bonjour
    Si j’investis la somme de 12 000 euros en actions non cotées (le plafond légal autorisé) j’ai normalement droit à une réduction d’impôt égale à 25%, soit 3000 Euros!
    cet avantage fiscal est-il réduit (par exemple de moitié) si mon investissement est réalisé en 2018 ? Même question pour 2019 (si je réalise le même investissement en 2019) ?
    Cordialement

    • Bonjour,
      Je vous invite à prendre connaissance de cet article sur la mise en place du prélèvement à la source et l’année blanche. L’état a prévu que les réductions et crédits d’impôt obtenus en 2018 permettront de bénéficier d’un crédit d’impôt en 2019.
      Cordialement,
      Frédéric

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici